Patrimoine

La Bouëxière se caractérise par un environnement naturel très riche (forêts de Rennes et de Liffré, bois et étang de Chevré) parsemé d'un patrimoine qui porte les traces de toutes les époques : guerrier celte, voies romaines de circulation, motte féodale, bâtisses du Moyen Âge, 16ème, 17ème siècles... Ce sont autant de découvertes au fil de la campagne.

 

 

Le village de Chevré et son étang de 24 hectares : Situé de part et d’autre de la D106, en provenance de Liffré, cet ensemble architectural préservé garde les traces d’une vie foisonnante qui s’est développée sur les rives de la Chèvre ou de la Veuvre, et de son étang. De cette seigneurie créée au XIème siècle et qui appartenait au Sire de Vitré, il reste de beaux vestiges : une motte féodale surplombée d’un donjon en pierre (1155), un pont roman à sept arches (XIIIème siècle), une chapelle (XVIème siècle), un moulin, la maison de Sénéchal et des constructions datant des XVIIème et XVIIIème siècles. Au Moyen Age, le village de Chevré accueillait un important marché qui faisait concurrence à celui de Saint-Aubin du Cormier ! 

Ce village est aujourd’hui un lieu de promenade privilégié : le tour de l’étang est balisé par un chemin de randonnée et parsemé de tables de pique-nique. Après l’observation de la faune et de la flore, une auberge permet de se restaurer et de profiter du charme de ce cadre privilégié.
 

 

 

 


 

Le bourg de La Bouëxière : Le centre-bourg de la commune est jalonné de bâtiments portant haut l’histoire de la commune : le manoir de la Maison Neuve qui date du XVIème/XVIIème siècle, devenu aujourd’hui le Centre culturel Maisonneuve ; le Manoir de La Gendrinière (XVIème siècle) ; les halles (19ème siècle) ; le presbytère et l’église Saint-Martin (chevet de 1590 et autre partie datant du XIXème siècle).  
     

Centre Rey Leroux : La propriété du Carrefour comporte un magnifique château, au milieu d’un imposant domaine et a fait l’objet d’écrits de Paul Féval. Cette propriété fut affranchie en 1442 par le duc Jean IV. Après de nombreux changements de propriétaires seigneuriaux, elle fut acquise par la famille Rey.


En 1921, M. Rey, à la suite d’une conversation avec M. Leroux, président des colonies de vacances des écoles publiques, fit don de l’ensemble de la propriété à cette œuvre. Colonie de vacances réservée aux enfants chétifs, elle devient préventorium en 1929, intégrant une école de plein air.

En évolution et adaptation permanente, elle est actuellement le Centre médical Rey Leroux et abrite Les Courtils.

 

 

Le village de Serigné : Au XIXème siècle, un entrepreneur a su tirer profit de l’étang qui se profile au nord de ce village (sur la commune de Liffré). En 1823, Pierre Brisou fonde les forges de Serigné. La présence de l’eau, des forêts toutes proches et d’une importante main d’œuvre permet le développement rapide de l’entreprise qui atteint près de 100 employés embauchés. La maison du maître de forges, les entrepôts, les maisons des ouvriers et une cloche attestent aujourd’hui de cette activité industrielle qui a émigré en 1910 sur la commune de Servon sur Vilaine.

Pour la petite histoire, sous le second Empire, une princesse de la famille Bonaparte qui se noyait dans les étangs de Sérigné dut son salut aux habitants. Elle se sécha dans un café qui reçut en remerciement une licence spéciale. Peut-être s'agissait-il de la princesse Bacciochi, cousine de l'empereur, qui avait son hôtel particulier à Rennes, rue de Corbin.

D’autres forges ont été créées sur la commune, au lieu-dit La Vallée. Propriété privée, les bâtiments ne sont pas accessibles au public.
 

   
Le patrimoine dans les autres villages : Outre ce qu’on appelle le « petit patrimoine » (nombreux fours et puits), La Bouëxière compte le château du Bertry et des manoirs (privés) : de La Porte, de la Teillais, du Domaine de Sevailles, du Carrefour (actuel Centre Rey Leroux), de La Houssaye. Le Prieuré d’Allion, au lieu-dit Rallion, auprès duquel ont été retrouvés de nombreux sarcophages et en 1857 une bague mérovingienne en or, s’accompagne de sa chapelle.    
Guerrier celte : Une statuette celte de guerrier (1er siècle avant ou après JC) a été retrouvée en 1934 par un agriculteur dans un talus, sous une pierre plate, enserrée dans les racines d’un if, au lieu-dit La Blandinière. Cette célèbre statuette attestant des migrations indo-européennes, est actuellement exposée au Musée de Bretagne à Rennes (dans l’espace des Champs Libres).    
 Pour en savoir plus, vous pouvez aussi visiter le site Gald, le portail des patrimoines de Bretagne.

Voir également